La petite île grecque en route vers l’autonomie énergétique

207 0
207 0

« Devenir énergé­tique­ment indépen­dants est une néces­sité. Tant pour l’environnement qu’au niveau pra­tique. Notre dépen­dance à l’électricité venue d’ailleurs nous a tou­jours causé des black-outs intem­pes­tifs incon­trôlables. Ce ne sera plus le cas désor­mais ». Assise dans son bureau a la mairie de Tilos, Maria Kam­ma, maire emblé­ma­tique de l’île, a le ton de ceux qui sont con­va­in­cus d’avoir rai­son. Désor­mais, la petite île de 500 habi­tants ne sera pas dépen­dante d’énergies dérivées du pét­role et ne sera plus la proie à des coupures d’électricité.

Tout cela grâce à un pro­jet inno­vant pro­posé à la Mairire par l’Institut tech­nologique du Pirée en 2012. Il com­bine des pan­neaux solaires d’une capac­ité totale de 400 kw com­binés à une seule éoli­enne d’une capac­ité de 800 kw. Des bat­ter­ies de stock­age com­plè­tent cet ensem­ble inno­vant et per­met de béné­fici­er d’électricité dans les péri­odes où ni le soleil ni le vent ne sont au ren­dez-vous. Financé à hau­teur de 11 mil­lions par l’UE avec 4 mil­lions sup­plé­men­taires investis par EUNICE, com­pag­nie grecque d’énergies renou­ve­lables le pro­jet mis en place en 2015 mobilise en tout 13 com­pag­nies venues de 7 pays européens dif­férents. Depuis le 14 Sep­tem­bre 2018 et après un retard d’un an, le pro­gramme est désor­mais une réal­ité. Un pari réus­si pour la Mairie qui souhaite ain­si faire par­ler de l’île, et inciter les habi­tants à rester ou à s’installer.

Stathis Kon­tos, bras droit du maire le dit avec fierté : «Désor­mais tout l’hiver, 100% de notre élec­tric­ité provient d’énergies renou­ve­lables. » Tout l’hiver seule­ment. Car l’été c’est une autre his­toire. Comme pour toutes les îles grec­ques, la pop­u­la­tion s’y mul­ti­plie. Avec le retour des locaux expa­triés vers les grandes villes grec­ques et l‘arrivée de touristes, c’est au total plus de 3 000 per­son­nes qui logent à Tilos pen­dant l’été. Ain­si, l’électricité pro­duite par les pan­neaux solaires et l’ éoli­enne ne cou­vre que 75% des besoins de l’île en énergie. « Pour le moment » insiste la maire.

Une pre­mière vic­toire qui fait des émules dans les îles. Une enquête réal­isée par l’institut de sondage Marc, démon­tre noir sur blanc à quel point le mod­èle mis en place à Tilos a mar­qué les esprits. Sur les 15 îles de la mer Égée où l’étude a été réal­isée, 3 habi­tants sur 4 ont déclaré vouloir suiv­re l’exemple et faire en sorte que leur île devi­enne énergé­tique­ment indépen­dante grâce aux éner­gies renou­ve­lables. Une révo­lu­tion quand on sait par exem­ple l’opposition absolue des habi­tants de nom­breuses îles des Cyclades à l’installation d’éoliennes.

Pour ne pas être con­fron­tée à ce genre de prob­lème la Mairie de Tilos a tout fait pour que le pro­gramme ne fasse pas de remous. Des études écologiques ont été faites afin que le pro­jet ne dérange pas la faune de l’île et l’unique éoli­enne instal­lée l’a été dans un endroit spé­ciale­ment choisi pour être hors de la vue des zones habitées. Ain­si sa présence n’altère en rien le paysage qui fait la beauté et la spé­ci­ficité de Tilos.

« Ça prou­ve qu’on peut réelle­ment laiss­er les éner­gies pol­lu­antes der­rière nous et chang­er les men­tal­ités », indique Igna­cio Navar­ro de Green­peace. Seul bémol pour l’organisation, la repro­duc­tion du même mod­èle n’est pas pos­si­ble, le pro­jet ayant été spé­ciale­ment conçu et exé­cuté pour Tilos, une île dont la pop­u­la­tion vit sobre­ment et con­somme peu d’énergie. Mais dans un pays comme la Grèce qui compte plus d’une dizaine d’îles de moins de 2 000 habi­tants, ce pas vers la tran­si­tion énergé­tique qui pour­rait s’appliquer à toutes ses îles est déjà une révo­lu­tion…

Correspondance en Grèce de Pavlos Kapantais

Cet article, comme tous les articles publiés dans les dossiers de 15–38, est issu du travail de journalistes de terrain que nous rémunérons.

15–38 est un média indépen­dant. Pour financer le tra­vail de la rédac­tion nous avons besoin du sou­tien de nos lecteurs ! Pour cela vous pou­vez devenir adhérent ou don­ner selon vos moyens. Mer­ci !

In this article