Tunis, « Un journalisme utile aux citoyens ? ». Réflexions méditerranéennes

237 0
237 0

Réu­nis à Tunis, nous étions env­i­ron 1 000 jour­nal­istes fran­co-arabes à par­ticiper aux assis­es inter­na­tionales du jour­nal­isme et à réfléchir à l’intitulé « Un jour­nal­isme utile aux citoyens ? » en inter­ro­geant notre rôle et la façon de traiter l’information dans nos con­textes respec­tifs.

Reques­tion­ner notre méti­er, nos pra­tiques, nos mod­èles économiques, nos coopéra­tions entre jour­nal­istes des dif­férentes rives de la Méditer­ranée représen­tait l’enjeu, de cette ren­con­tre et des pan­els ani­més par des jour­nal­istes de la vieille école mais aus­si de la nou­velle école, celle du ter­rain, de l’indépendance, de la démerde, celle qui a fait le choix d’être proche de la jeunesse.

Expéri­ence yéménite
Dès la pre­mière journée, j’ai été attirée par l’atelier inti­t­ulé : « Un jour­nal­isme de paix en temps de guerre, l’exemple du Yemen », intriguée de voir des con­frères qui ont risqué leurs vies pour venir nous ren­con­tr­er et partager leurs pra­tiques jour­nal­is­tiques. « Sor­tir du Yemen est un film d’horreur, on ne sait jamais si on va sur­vivre au tra­jet qui nous mène hors du pays », con­fie d’entrée de jeux Ali al Mosh­ki directeur de la radio asso­cia­tive Yémen Times qui compte 24 ani­ma­teurs depuis 2012 et pro­pose de nom­breux pro­grammes tournés vers l’humain, l’alphabétisation, les droits des femmes, et la paix entre Yéménites. « Nous avons un pro­gramme pour que les enfants du sud du pays et du nord com­mu­niquent et n’entrent pas dans la scis­sion et la divi­sion que subit notre pays et qui sont engen­drées par les dif­férentes par­ties au con­flit. Le pire serait la divi­sion des cœurs, on cherche à redonner de l’amour, de l’espoir », pré­cise-t-il. Puis c’est au tour de Rania, jeune femme jour­nal­iste pour la radio Lana de pren­dre la parole : « Nous essayons de suiv­re la voix des citoyens, notre société étant con­ser­va­trice nous con­sacrons des sujets réservés aux femmes en milieu rur­al qui n’ont pas la place dans les sujets traités en général, mais aus­si con­cer­nant la san­té et les ques­tions san­i­taires qui touchent le pays (cas de choléra et de famine). Tout cela en lut­tant par­fois pour attein­dre notre local radio sous les bom­barde­ments ». Les ques­tions sécu­ri­taires sont au cœur des préoc­cu­pa­tions de ces jour­nal­istes au courage sans borne qui chaque jour fran­chissent des obsta­cles pour informer et tenir les citoyens en éveil face à l’atrocité de cette guerre ali­men­tée par les Saou­di­ens. « Notre rôle est égale­ment d’éclairer la société, de l’ouvrir à la cul­ture même en temps de guerre, car par­fois Al Qai­da prend le pou­voir sur les ondes et le risque est le repli sur soi. Notre rôle est alors de penser à l’avenir de notre nation en prô­nant des mes­sages de paix et d’ouverture dans tout le pays », témoigne un jour­nal­iste yéménite en rap­pelant que la radio est un fab­uleux out­ils pour l’espoir au Yémen face aux nom­breux fac­teurs de haine qui ont divisé les gens du nord et du sud ces dernières années. Ils ont aujourd’hui besoin de partager sur les ondes leurs vies pour à nou­veau se com­pren­dre. Les jeunes se seraient ain­si emparés de la neu­tral­ité poli­tique grâce à cette vision insuf­flée par les médias nais­sants.

Les jour­nal­istes libyens et irakiens présents dans la salle ont égale­ment fait remar­quer l’importance de relay­er les infor­ma­tions sur l’état général du pays en plus des mes­sages de paix mais aus­si des dif­fi­cultés de ne pas tomber dans l’auto cen­sure au risque de se faire enlever ou per­sé­cuter comme c’est le cas dans leurs pays. Loin de ces con­textes, ils nous don­nent à nous Français, Libanais, Tunisiens, Belges présents ce jour-là, des leçons de jour­nal­isme. Car même dans la guerre ils ten­tent de ne nég­liger per­son­ne dans le traite­ment de l’information.

La déon­tolo­gie en ques­tion
« Éthique, déon­tolo­gie, quelles propo­si­tions pour une infor­ma­tion de qual­ité ? » telle était l’une des nom­breuses ques­tions posées. « Nous avons accu­mulés d’énormes lacunes et des abus en tout genre dans les pra­tiques jour­nal­is­tiques depuis la révo­lu­tion de 2011 », lance Nouri Laj­mi, prési­dent de la haute autorité indépen­dante de la com­mu­ni­ca­tion audio­vi­suelle en Tunisie. « Nous avons besoin d’ouvrir des espaces démoc­ra­tiques et de don­ner à cha­cun une oppor­tu­nité de s’exprimer mais avec une auto-régu­la­tion qui doit être faite par les jour­nal­istes », pro­pose ce jeune tunisien. Aller à la ren­con­tre des publics, de tous les publics et de la société sem­ble dans ce débat incon­tourn­able, la jour­nal­iste et ani­ma­trice pour la télévi­sion publique tunisi­enne, Sami­ra Mehdaoui pro­pose depuis peu un pro­gramme où les jour­nal­istes sil­lon­nent la Tunisie et inter­ro­gent les jeunes sur des ques­tions socié­tales et sur leurs réal­ités de vie. Ce jour­nal­isme de prox­im­ité leur per­met de par­ler des exclus de la société, des oubliés, des mal-con­sid­érés mais aus­si des sous-représen­tés, un gage de qual­ité et de pro­fes­sion­nal­isme pour cer­tains jour­nal­istes.

Les jour­nal­istes débat­teurs belges présents lors de cette thé­ma­tique expo­saient eux leur sys­tème de « con­seil de déon­tolo­gie des jour­nal­istes » qui fixe des règles déon­tologiques érigées par les jour­nal­istes et des textes de référence pour se pro­téger col­lec­tive­ment. La présence d’un médi­a­teur con­stitue en effet jusqu’à ce jour pour cer­tains médias une solu­tion de régu­la­tion face aux cri­tiques du pub­lic con­tre le tra­vail de jour­nal­istes, la mod­éra­tion des com­men­taires et des plaintes des lecteurs est un autre procédé dont le média peut s’emparer ain­si que des out­ils de décodage de l’information. Mais ces méth­odes sont-elles effi­caces et suff­isantes ? Face à la baisse de qual­ité des pro­grammes d’information des médias main­stream dénon­cés par de nom­breux publics en France par exem­ple, que peut-on faire ? Avons nous un poids entant que citoyens et jour­nal­istes pour des médias indépen­dants ? Quelles sont nos marges de manœu­vre et à quel point sommes-nous enten­dus par les grandes rédac­tions ?
Après réflex­ion en groupe lors de ce débat nous avons con­clu que si les médias ne représen­tent pas la société dans laque­lle ils vivent, ils ne rem­plis­sent pas leur tâche. La diver­sité devrait donc être au cœur de nos métiers. Nous sommes respon­s­ables dans nos pra­tiques jour­nal­is­tiques d’informer dans la glob­al­ité, de diver­si­fi­er les angles et d’aller plus loin que l’info brute, même si les tra­di­tions socio-cul­turelles dans cer­tains pays ont un poids et un impact sur la déon­tolo­gie.

L’éducation, rem­part à la dés­in­for­ma­tion
Lors de ces assis­es, plusieurs débats ont été dédiés au rôle de l’éducation à l’information et aux médias dans laque­lle s’inscrivent de plus en plus de rédac­tions et notam­ment les médias indépen­dants. Douce prise de con­science que leur tra­vail sera de moins en moins con­sulté, et que l’on va vers une grave fail­lite de la presse si les généra­tions futures ne savent pas s’informer et con­tin­u­ent de se per­dre dans les flots d’informations déver­sées dans leur vie quo­ti­di­enne via les alertes infos sur leurs télé­phones, les réseaux soci­aux et les chaînes d’information en con­tinu. Dans ces con­di­tions, le risque de la dés­in­for­ma­tion est élevé et il est ali­men­té par le fait que le jour­nal­iste lui-même est con­traint aujourd’hui dans son tra­vail par des for­mats courts qui l’empêchent de creuser l’information et de don­ner une lec­ture plus pro­fonde des événe­ments.

Aller à l’encontre de ces sché­mas implique non seule­ment d’aller à la ren­con­tre du pub­lic, de réin­stau­r­er une con­fi­ance entre les jour­nal­istes et les citoyens et de se rap­procher de la jeunesse en lui don­nant la pos­si­bil­ité de ren­con­tr­er la pro­fes­sion. Des jour­nal­istes venus de Gaza ont exposé leur pro­jet édu­catif qui inclut 10 écoles où ils pro­posent des ate­liers pour lut­ter con­tre les fake news et des ini­ti­a­tions au jour­nal­isme. Ils inclu­ent les familles des élèves afin de touch­er l’ensemble de la pop­u­la­tion. « Cela per­met aus­si aux jeunes de pren­dre con­fi­ance en eux, nous faisons des exer­ci­ces d’expression orale en pleine nature » con­fie Hadil Taher, for­ma­trice et coor­di­na­trice de pro­jets pour l’association Pyalara à Gaza. Mouna Tra­bel­si prési­dente de l’association tunisi­enne des médias alter­nat­ifs a présen­té, elle, les ate­liers de décryptage de l’information menés par des jour­nal­istes dans les écoles ain­si que la créa­tion de webra­dio dans le pays. Leurs expéri­ences ont per­mis de créer des liens entre des rédac­tions des dif­férentes rives de la Méditer­ranée. Des pro­jets d’éducation aux médias inter méditer­ranéens devraient donc naître notam­ment entre notre rédac­tion 15–38 à Mar­seille et la Tunisie, la Pales­tine et le Liban pour un pro­jet d’émission web des­tiné aux jeunes et impul­sé par Lab­neh and Facts.

Cet article, comme tous les articles publiés dans les dossiers de 15–38, est issu du travail de journalistes de terrain que nous rémunérons.

15–38 est un média indépen­dant. Pour financer le tra­vail de la rédac­tion nous avons besoin du sou­tien de nos lecteurs ! Pour cela vous pou­vez devenir adhérent ou don­ner selon vos moyens. Mer­ci !

In this article