166 0

Les solu­tions à la réduc­tion des déchets sont mul­ti­ples et de nom­breuses per­son­nes, des citoyens réfléchissent aux solu­tions, nous en avons sélec­tion­nées quelques unes.
Une solu­tion est pro­posée par Samuel Lebi­han à Antibes. L’objectif de cette homme est de trans­former les déchets en car­bu­rant. Il a fait une machine qui s’appelle Chrysalis qui a pour but de trans­former les déchets en car­bu­rant. Elle peut traiter un kilo de plas­tique par heure et fournir ain­si de 500 à 600 grammes de gazole.

Com­ment fonc­tionne la machine :
Le principe est sim­ple : une fois broyé le plas­tique est chauf­fé en haute tem­péra­ture puis  dis­til­lé. De l’eau pour le refroidisse­ment et une petite ali­men­ta­tion élec­trique sont égale­ment néces­saires au proces­sus. Le diesel est quant à lui récupéré comme car­bu­rant pour un moteur de bateau, de voiture ou pour un généra­teur.

Samuel Lebi­han estime que la valeur de la machine est de 50.000 euros. Ce n’est pas très cher car en 1 an on a amor­ti la somme.
Avec 1 kilo de plas­tique on obtient une base de :
Diesel : 700g
Essence : 180g
Gaz : 80g
Car­bone : 40g

Les molécules de plas­tique sont dépolymérisées à 450°

La machine ne con­tient aucune énergie fos­sile et elle marche grâce à la chaleur, ce qui per­met de con­tin­uer à faire de l’énergie.

Cette solu­tion peut être appliquée à la mer Méditer­ranée où les déchets plas­tiques sont très nom­breux et pol­lu­ent les fonds marins. 4 jeunes, ont d’ailleurs lancé un pro­jet inti­t­ulé Plas­tic Odyssée qui a pour but de récupér­er le plas­tique en Méditer­ranée à bord d’un petit bateau. Leur bateau est équipé d’un catal­y­seur qui chauffe le plas­tique et le trans­forme en car­bu­rant.

In this article