En images — Friday 22

270 0
270 0

Mem­bre du Col­lec­tive 220, le pho­tographe algérien Abdo Shanan pro­pose une série d’images sur la journée du ven­dre­di 22 févri­er, le jour de la pre­mière man­i­fes­ta­tion mas­sive con­tre le 5ème man­dat du prési­dent Abde­laz­iz Boute­fli­ka.

I used to think I have all the time in the world to find my voice, my posi­tion and to belong until one Fri­day after­noon. Lit­tle I know about how and where to posi­tion myself as a cit­i­zen into the events that are fold­ing in Alge­ria. For now my cam­era is an excuse or a rea­son to take be part into this. For the first time being a pho­tog­ra­ph­er is not enough, there is a voice with­in me that urges me to belong and to kill the dis­tance my posi­tion as an observ­er is cre­at­ing between myself and being a cit­i­zen.

These pho­tos are from my vir­gin eye state, from the day where every­thing have stared for “us”.

Abdo Shanan

Tra­duc­tion du texte orig­i­nal : “Je pen­sais avoir tout le temps du monde pour trou­ver ma voix‚ ma posi­tion et ma place, jusqu’à un cer­tain ven­dre­di après-midi. Je ne sais pas telle­ment com­ment et où me posi­tion­ner en tant que citoyen face aux événe­ments qui se déroulent en Algérie. Pour le moment ma caméra est une excuse, ou une rai­son, pour pren­dre part à cela. Pour la pre­mière fois, être pho­tographe ne suf­fit pas, il y a une voix en moi qui me pousse à me posi­tion­ner et à réduire à néant la dis­tance que crée ma posi­tion d’observateur entre moi et le fait d’être citoyen. Ces pho­tos sont celles d’un regard vierge, ce jour où tout a com­mencé pour “nous”.”

Sur le boule­vard Has­si­ba Ben bouali, les man­i­fes­tants se diri­gent vers la Grande Poste d’Alger. ©AS
©AS
Devant le siège du RND, le par­ti du pre­mier min­istre, dans le cen­tre de la cap­i­tale, les man­i­fes­tants lan­cent «Ni Boute­fli­ka Ni Said». Le por­trait sera décroché par des man­i­fes­tants quelques instants plus tard. ©AS
Devant le Palais du gou­verne­ment, une man­i­fes­tante chante des slo­gans anti-5ème man­dat. ©AS
Dans le quarti­er du Telem­ly, près de l’école des Beaux-Arts, les forces de l’ordre utilisent des gaz lacry­mogène et des tirs de balle en caoutchouc. Un man­i­fes­tant a été blessé au vis­age. ©AS
In this article