Marseille : les bibliothèques jouent-elles aux chaises musicales ?

28 0
28 0

La médiathèque du plan d’Aou va bien­tôt ouvrir ses portes alors que la bib­lio­thèque de St André, elle, est men­acée  de fer­me­ture. Mar­seille qui est pour­tant la deux­ième plus grande ville de France n’a pas assez de bib­lio­thèques. Est-ce une ques­tion finan­cière ou poli­tique ? Face à ce prob­lème les usagers se mobilisent.

Les élus de la mairie ont réaf­fir­mé que la médiathèque du plan d’Aou ouvri­rait ses portes en jan­vi­er 2020. 
Peut-on leur faire con­fi­ance?
 En effet, ce pro­jet est prévu depuis la fin des années 1990 mais il a été mis dans un “tiroir” et devrait voir le jour en jan­vi­er 2020.


Une fer­me­ture pour une ouver­ture
La bib­lio­thèque de St André est men­acée de fer­me­ture “pour des raisons finan­cières, un manque d’argent pour les salariés, les mobiliers”, selon Chris­tine Lau­rent (anci­enne direc­trice de la bib­lio­thèque de St André).
 C’est le con­seil munic­i­pal qui pren­dra cette déci­sion.



Iné­gal­ités entre les villes
A Mar­seille, on compte 8 bib­lio­thèques pour 1 mil­lion d’habitants alors qu’à Toulouse, pour 50 0000 habi­tants, la ville offre 21 bib­lio­thèques.
 Nor­male­ment, cela devrait être l’inverse, la ville de Mar­seille pour­rait tripler son offre. “C’est une volon­té poli­tique”, d’après Chris­tine Lau­rent.
 En effet, ouvrir une bib­lio­thèque, c’est embauch­er plusieurs per­son­nes et les pay­er.



Mau­vais choix
Selon Hélène Gold­et et Chris­tine Lau­rent la pre­mière rai­son de la fer­me­ture de la bib­lio­thèque de St André serait surtout la ques­tion du finance­ment. 
En effet, d’après elles, la Mairie préfère financer des caméras de sur­veil­lance que rénover ou créer des bib­lio­thèques.
 La sec­onde rai­son serait que les usagers des bib­lio­thèques emprun­tent moins de livres. 
Les étu­di­ants qui vien­nent révis­er pour le bac ou le brevet ne sont pas comp­tés dans les sta­tis­tiques. Mais d’après nos deux invitées, cette rai­son n’est pas val­able car c’est un phénomène nor­mal. 
Hélène Gold­et met en avant “la bêtise ” de la mairie et ses mau­vais­es déci­sions. 



Mobil­i­sa­tion des usagers

Hélene Gold­et et Chris­tine Lau­rent sont mem­bres de l’association des usagers des bib­lio­thèques de Mar­seille. Leur but est d’améliorer les offres de ser­vice des bib­lio­thèques de Mar­seille tout en agis­sant  “gen­ti­ment” ; ce qui sig­ni­fie écouter et par­ler calme­ment avec les élus. Si leur voix n’est pas enten­due ils peu­vent agir de manière forte en man­i­fes­tant et en médi­ati­sant les actions. 
Les usagers man­i­fes­tent leur mécon­tente­ment devant la bib­lio­thèque de St André en accrochant des ban­deroles et en col­lant des poésies. Mais mal­heureuse­ment leur façon de man­i­fester n’a pas été prise en compte. Ils ont donc agi de manière forte pour faire réa­gir Mon­sieur Gaudin, le maire de Mar­seille, et attir­er les médias. Chris­tine Lau­rent a indiqué que l’association des usagers allait se réu­nir prochaine­ment pour pro­pos­er des idées pour l’amélioration des offres de ser­vices. 

Les élèves de 4èmeC du collège Elsa Triolet
Photo JDG

Durant le mois de mars 2019, deux class­es de 4ème du col­lège Elsa Tri­o­let (15ème arrondisse­ment) ont par­ticipé à des ate­liers d’éducation aux médias avec leur pro­fesseur de français et la pro­fesseure doc­u­men­tal­iste. Au cours des cinq séances pro­posées, ils étaient invités à tra­vailler sur les sources de l’information. Ain­si, en par­tant d’une actu­al­ité locale, ils devaient d’abord trou­ver des infor­ma­tions, recouper les sources lors d’une séance col­lec­tive, puis chercher les inter­locu­teurs sus­cep­ti­bles de répon­dre à leurs ques­tions. Ils ont par la suite pré­paré des ques­tions pour réalis­er une inter­view d’une heure. La dernière séance a per­mis de repren­dre les infor­ma­tions récoltées et d’écrire l’article pro­posé ici.

In this article