86 0

Voici deux jours que je suis allé sur le ter­rain pour recueil­lir la parole des femmes de manières audio­graphique sur le ter­rain de la man­i­fes­ta­tion du 17 décem­bre. Des femmes, divers­es, des jeunes, des moins jeunes, retraitées, lycéennes, des mères seules, en cou­ple, des bour­geois­es, des pau­vres, du pub­lic, du privé…

La volon­té de 15–38 est tou­jours de dépass­er le cadre con­venu surtout dans une dynamique humaine dans un con­texte d’amalgame soci­ologique et pro­fes­sion­nel comme le fut la man­i­fes­ta­tion du 17 décem­bre 2019 à Mar­seille. Si les corps de méti­er s’embrassent pour une même lutte, je crains d’en être fort aise. Cepen­dant la réu­nion des luttes n’enlève pas des spé­ci­ficités à l’intérieur de l’écosystème général des partisan.e.s du bras de fer entre le gou­verne­ment et une par­tie de la pop­u­la­tion.

La méth­ode de mon enquête est basée autour du pos­tu­la que le libéral­isme et le patri­ar­cat sont main dans la main pour asservir les femmes. Un pos­tu­la doit avoir une empreinte réelle pour avoir une assise dis­cur­sive dans le débat démoc­ra­tique sous peine de tomber dans la car­i­ca­ture voire le com­plot. La nou­velle réforme des retraites avec l’accent pronon­cé dans son phrasé, jusqu’à son exé­cu­tion lég­isla­tive et poli­tique entérine l’idéologie libérale comme solu­tion applic­a­ble à tous et à toutes.

C’est cette pos­ture qui à l’époque des suf­fragettes a présidé l’octroi con­cédé aux femmes quant à l’accès et à l’exercice de leurs droits de citoyennes dans leurs aspects les plus élé­men­taires.

La retraite par­ticipe selon moi d’une même philoso­phie qui dog­ma­tique­ment par le truche­ment de la supré­matie déci­sion­nelle mas­cu­line décrète que la femme devrait se con­tenter de lois adap­ta­tives à sa sit­u­a­tion matricielle de femme. Le genre féminin aurait l’avantage d’être une valeur par défaut soumise à la vari­able du main­tien du taux de natal­ité.

Que pensent les femmes de cette réforme socié­tale qui encore une fois écorne et rogne leur con­di­tion sociale tout au long de leur vie en réduisant de façon sub­stantielle leurs pen­sions de retraite ?

Les répons­es autours du ques­tion­nement des retraites dérivent très vite vers d’autres inter­ro­ga­tions comme l’exercice démoc­ra­tique, la vio­lence d’Etat, les traite­ments salari­aux dif­féren­ciés selon le genre, les car­rières hâchées, la pré­car­ité, la fatigue men­tale, le dés­espoir d’une jeunesse, la lutte intergénéra­tionnelle, le sac­ri­fice, etc.

Écou­tons la bal­lade des femmes en luttes !

 

In this article