En Syrie, 13,5 millions de personnes ont besoin d’aide humanitaire

Selon les derniers chiffres du Haut Com­mis­sari­at pour les Réfugiés des Nations Unies (UNHCR) et de l’Organisation Mon­di­ale pour les Migra­tions (OIM), entre 2011 et 2016, 24% de...

758 0
758 0

Selon les derniers chiffres du Haut Com­mis­sari­at pour les Réfugiés des Nations Unies (UNHCR) et de l’Organisation Mon­di­ale pour les Migra­tions (OIM), entre 2011 et 2016, 24% de la pop­u­la­tion syri­enne a quit­té le pays et 31% est déplacée à l’intérieur de la Syrie.

D’après les chiffres du HCR, plus de 4,8 mil­lions* de per­son­nes ont fui la Syrie entre 2011 et la fin de 2016, dont 200 000 en 2016. Elles sont pour la majorité enreg­istrées dans les pays lim­itro­phes ; Turquie (2,9 mil­lions), Liban (1,01 mil­lion), Jor­danie (656 170), Irak (233 224) et dans une moin­dre mesure l’Égypte qui accueille plus de 117 000 Syriens. Mais en 2016, ces mêmes pays ont fer­mé leurs fron­tières aux per­son­nes fuyant le con­flit. Actuelle­ment, plus de 75 000 Syriens sont blo­qués dans des con­di­tions très dif­fi­ciles à la fron­tière syro-jor­dani­enne selon un rap­port d’Amnesty Inter­na­tion­al daté du 3 jan­vi­er 2017. Par­al­lèle­ment, 75 000 réfugiés en prove­nance de Syrie sont entrés en Europe par voie mar­itime ou ter­restre.

A l’intérieur du pays, vivent 16 à 17 mil­lions de syriens, selon les dif­férentes esti­ma­tions disponibles. 6,3 mil­lions de Syriens, dont la moitié sont des enfants, ont été déplacés dans le pays selon l’Organisation Inter­na­tionale pour les Migra­tions (OIM). Ils fuient très sou­vent les com­bats et les bom­barde­ments. Selon la même organ­i­sa­tion, 13,5 mil­lions de per­son­nes ont besoin d’aide human­i­taire à l’intérieur du pays, alors que l’acheminement et l’organisation de l’aide sont de plus en plus com­pliqués voir impos­si­ble : « 96% de l’aide ali­men­taire délivrée par l’ONU en Syrie l’a en effet été dans les zones con­trôlées par le gou­verne­ment. En 2015, moins de 1% de l’aide ali­men­taire a été délivrée en zone assiégée » explique Marie Kostrz dans un arti­cle pub­lié sur le site Ori­ent XXI. Les organ­i­sa­tions human­i­taires ont en effet sou­vent été la cible d’attaques ou de bom­barde­ments. C’est le cas à Alep par exem­ple, comme l’explique un rap­port d’Amnesty Inter­na­tion­al daté du 20 sep­tem­bre 2016 et à Idlib à l’été 2016, comme en témoigne le groupe des casques blancs.

Aujourd’hui, d’après dif­férentes sources, 465 000 per­son­nes sont mortes et dis­parues en Syrie, dont des civils et des com­bat­tants. Env­i­ron 150 000 per­son­nes seraient portées dis­parues, 70 000 d’entre elles seraient iden­ti­fiées comme encore en vie. Par­mi, les chiffres impor­tants, les blessés seraient entre 400 et 500 000, dont de nom­breuses per­son­nes souf­frant désor­mais de forts hand­i­caps.

*Ces chiffres pren­nent en compte les per­son­nes offi­cielle­ment enreg­istrées auprès du UNHCR. Ils sont une pho­togra­phie à un instant don­né. Nous avons pris en compte la dernière mise à jour du UNHCR datée du 31 jan­vi­er 2017. Dans cer­tains pays, comme le Liban, ces chiffres ne reflè­tent pas la réal­ité car beau­coup de Syriens font le choix de ne pas s’enregistrer.

Hélène Bourgon

Cartographie : Claire Gillette

In this article