A Sète, des femmes répondent à l’urgence alimentaire

249 0
249 0

A Sète, dans les “Quartiers hauts”, ancien quarti­er des pêcheurs qui regarde la mer, l’ap­pel à con­tri­bu­tion d’une asso­ci­a­tion de maraude a reten­ti dans plusieurs maison­nées. Isabelle, Jeanne, Anne et 12 autres per­son­nes pré­par­ent et livrent des repas pour l’as­so­ci­a­tion « Les bons Samar­i­tains » dont  l’équipe de ter­rain effectue aujour­d’hui une tournée deux fois par semaine con­tre 4 tournées pen­dant le con­fine­ment à Sète et à Fron­tig­nan afin d’ap­porter des repas aux per­son­nes vivant dans la rue, dans les squats ou sur des ter­rains vagues.
Pen­dant le con­fine­ment, la demande de den­rées ali­men­taires et de repas de la part de per­son­nes en dif­fi­culté s’est accrue, sol­lic­i­tant de l’aide pour pal­li­er aux man­ques générés par la fer­me­ture des asso­ci­a­tions et l’ab­sen­téisme des insti­tu­tions. Le groupe des « quartiers hauts » s’est vu ain­si pré­par­er 15 repas 3 fois par semaine, les femmes qui l’anime livrent un témoignage fort sur le con­texte social français.

Pourquoi y a t‑il autant de gens dans la rue alors qu’on habite une ville où il y a énor­mé­ment d’opéra­tions immo­bil­ières où les gens se font du beurre avec le Airbnb…cela génère beau­coup d’iné­gal­ités sociales” 

.….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….

A écouter : le reportage au cœur de la maraude à bord des véhicules de l’as­so­ci­a­tion “Les bons samar­i­tains” qui vont à la ren­con­tre des jeunes, des femmes, et des hommes vivant de peu… ICI

In this article