La pandémie vue par l’artiste Gandal

Rédigé par : Hélène Bourgon
Mis à jour le 15/10/2020 | Publié le 24/09/2020

On y voit des traits, des arbres, des racines, des hommes, des animaux, des yeux, des bêtes, de la dérision mais aussi des fils rouges, des liens forts, de la vie et de la mort, bienvenue dans le monde du jeune guinéen Amadou Bah dit Gandal. Muni de son stylo, Gandal griffonne ce qui lui passe par la tête mais pas que, le dessin c’est tout un cheminement, une révélation qu’il exerce depuis deux ans à Sète. « Je ne savais pas ce que j’avais entre les mains, on m’a encouragé, on m’a donné des feuilles, des stylos et j’ai commencé comme ça. Je n’aurais jamais pensé pouvoir m’exprimer par le dessin. Ce n’est qu’un début, je dois apprendre encore beaucoup surtout à traduire ce que je ressens, et ce que j’ai envie d’exprimer. » confie t-il lors du vernissage de sa deuxième exposition à la Pop Galerie à Sète « Il faut beaucoup de courage face à tout ce système, ce monde… » commente t-il en pointant ses dessins. Lui qui a traversé la Méditerranée sait de quoi il parle.

Cette série de 5 dessins s’inscrit dans le cadre d’une première collaboration de l’artiste avec 15-38 au coeur du dossier La Méditerranée confinée où il exprime ce qu’il perçoit en cette période particulière

Retrouvez ses oeuvres ICI

Fesque réalisée par Gandal sur le mur de l’association Les bons samaritains à Sète