Le Photo Marathon s’expose à Marseille

Une sélec­tion de pho­tos issue des séries des vain­queurs dans les sept villes du Marathon est exposée à l’Equitable Café du 7 au 18 févri­er. L’occasion de revenir...

1407 0
1407 0

Une sélec­tion de pho­tos issue des séries des vain­queurs dans les sept villes du Marathon est exposée à l’Equitable Café du 7 au 18 févri­er. L’occasion de revenir sur cet événe­ment méditer­ranéen dont 1538 était le coor­gan­isa­teur à Mar­seille.

Retour sur le Photo Marathon

Le 22 octo­bre 2016 a eu lieu un Pho­to Marathon à tra­vers sept villes de la Méditer­ranée (Alger, Amman, Bey­routh, Ljubl­jana, Naples, Mar­seille, Palerme). Tout au long de la journée, les quelque 270 par­tic­i­pants, pho­tographes pro­fes­sion­nels et ama­teurs, ont illus­tré 12 thèmes relat­ifs à la migra­tion et l’héritage. Les plus de 3 000 pho­togra­phies col­lec­tées offrent autant d’histoires inédites racon­tant col­lec­tive­ment le quo­ti­di­en de ces villes.

Les par­tic­i­pants devaient illus­tr­er 12 thèmes : matin, tra­vail, lan­gage, inter­sec­tion, soli­tude, dias­po­ra, héros, le rêve de quelqu’un, les saveurs étrangères, motif/modèle, nation­al­isme et l’attente. Ces archives qui comptent 3 088 pho­togra­phies ne révè­lent pas unique­ment la vie dans chaque ville. Les séries de pho­togra­phies vont au-delà de la doc­u­men­ta­tion, elles nous offrent des inter­pré­ta­tions dans un effort col­lec­tif d’in­ter­préter 12 thèmes tra­ver­sant les fron­tières et les cul­tures.

Les lau­réats ont étés choi­sis sur la base de 4 critères : la valeur doc­u­men­taire et l’in­ter­pré­ta­tion du thème, l’impression générale, la créa­tiv­ité et la qual­ité tech­nique. Leurs pho­togra­phies seront pub­liés dans des revues inter­na­tionales et locales telles que “L’œil de la Pho­togra­phie”, “l’Agenda Cul­turel”, “Gazzetino Vesu­viano”, “CafeBa­bel” et seront présen­tés dans le prochain numéro du mag­a­zine FRAME LIFE. Une expo­si­tion sera égale­ment organ­isée à Alger dans les prochaines semaines.

Né à Bey­routh en 2013 sous l’impulsion de l’association Frame, le Pho­to Marathon réu­nit depuis des pho­tographes ama­teurs ou pro­fes­sion­nels pour doc­u­menter la ville. D’abord libanais, il a réu­ni en 2016 six autres organ­i­sa­tions autour de la méditer­ranée. Aux côtés de Frame, 15–38 Réseau Med a rejoint les mem­bres d’un col­lec­tif algérien de bénév­oles qui souhait­ent doc­u­menter la ville et inscrire l’Algérie dans un réseau inter­na­tion­al. En Ital­ie, Enz­i­ma à Palerme et l’Asilo à Naples se sont mobil­isées. Jor­dan Pio­neers en Jor­danie et l’Institute Apis en Slovénie com­plè­tent l’équipe.

Rencontre avec le vainqueur à Marseille

Pas­sion­né Jean-Michel Melat-Couhet avoue pass­er tout son temps libre à par­courir la ville : « Les yeux grands ouverts, comme un enfant ». « Mar­seille c’est le plus beau ter­rain au monde pour la pho­to », ajoute ce natif des Hautes-Pyrénées, mar­seil­lais de cœur depuis qua­tre ans. Les pho­tos de Jean-Michel jouent sur les con­trastes et la lumière, le plus sou­vent en noir et blanc. Auto­di­dacte, il a passé deux ans à pra­ti­quer sans relâche pour s’affranchir de la tech­nique, s’inspirant de dif­férentes méth­odes glanées à tra­vers la plate­forme Flick­er qui lui per­met d’entrer en con­nex­ion avec d’autres pho­tographes. « C’est un vrai lab­o­ra­toire pour moi. J’échange et je teste en atten­dant de voir les réac­tions des autres pho­tographes ».

Sa pra­tique prend un nou­veau tour­nant l’année dernière. Ayant quit­té son emploi, il prof­ite de cette péri­ode pour pren­dre le temps de s’adonner à la pho­togra­phie. Nous sommes en pleine con­tes­ta­tion de la loi tra­vail. Jean-Michel approche le grou­pus­cule « 13 en lutte » et pro­pose à ses mem­bres de les suiv­re au fil des jours. Ce tra­vail de longue haleine a don­né nais­sance à une expo­si­tion au « Bar à Vrac » à Mar­seille. Durant le Marathon Pho­to il a un déclic : les gens sont acces­si­bles tant qu’on prend le temps de dis­cuter avec eux et de leur expli­quer le sujet. « Dans ma série il n’y a aucune pho­to volée. Humaine­ment, à la fin de la journée j’abordais la pho­to autrement ». Au cours des prochains mois il compte se lancer dans un nou­veau pro­jet sur les épiceries de nuit. Une manière d’immortaliser la ville sous un autre jour et de se con­fron­ter à une autre lumière. Mais surtout, un moyen de con­tin­uer les ren­con­tres.

A pro­pos de sa série pour le Pho­to Marathon

« Plus que tout, je souhaitais mon­tr­er le vis­age humain de Mar­seille. Ma plus grande sat­is­fac­tion, et donc ce que j’imag­i­nais pos­si­ble, pen­dant cette journée, a été la disponi­bil­ité et la gen­til­lesse de tous ces gens qui ont accep­té de jouer le jeu. Der­rière l’im­age de Mar­seille et de ses faits divers qui défraient la chronique, se cachent des hommes et des femmes qui, par leur diver­sité cul­turelle, font de cette ville à la lumière fab­uleuse, un lieu à part dans le paysage français. Ils étaient tous fiers de leurs racines, de leurs dif­férences qui, sur ces ter­res mar­seil­lais­es, les unis­saient dans une seule iden­tité.

Tech­nique­ment, penser en for­mat car­ré et en noir et blanc sans post traite­ment, était La dif­fi­culté tech­nique rajoutée à cette épreuve déjà orig­i­nale et exci­tante de faire 12 images en 12 heures sur 12 thèmes. »

Sélection du Photo Marathon 2016

Giulia Montoneri — Palerme
KrX — Amman
Teja Pahor — Ljubljana
JM Melat-Couhet — Marseille
JM Melat-Couhet — Marseille
JM Melat-Couhet — Marseille

Retrou­vez toutes les séries du Pho­to Marathon sur le site www.frame.life

In this article