En Syrie, éduquer loin des bombardements avec la caravane magique

Le pro­jet de « Mag­ic car­a­van » a vu le jour en 2013. Ce pro­jet édu­catif mobile a pour voca­tion pre­mière d’éloign­er les enfants et leurs familles des...

758 0
758 0

Le pro­jet de « Mag­ic car­a­van » a vu le jour en 2013. Ce pro­jet édu­catif mobile a pour voca­tion pre­mière d’éloign­er les enfants et leurs familles des zones de bom­barde­ments afin qu’ils puis­sent étudi­er et suiv­re des ate­liers édu­cat­ifs en sécu­rité. Cette car­a­vane mag­ique emmène les enfants à la journée, une manière de les trans­porter vers d’autres univers que la guerre afin d’ou­bli­er quelques heures le quo­ti­di­en vio­lent imposé par les com­bats, le bruit des bom­barde­ments et la peur con­stante.

Diaporama

Trois jeunes syriens sont à l’o­rig­ine de cette ini­tia­tive (voir notre entre­tien avec Khal­doun). Le pro­jet a com­mencé à se dévelop­per dans la région d’I­dleb, dans des zones hors du con­trôle de l’ar­mée syri­enne et désor­mais aux mains de dif­férents groupes comme Jab­hat al Nos­ra. Pour ces jeunes, il était essen­tiel de dévelop­per des pro­jets à des­ti­na­tion des enfants, qui représen­tent la moitié de la pop­u­la­tion syri­enne et sont les plus vul­nérables en temps de guerre. Aujour­d’hui, nom­breux sont les enfants con­traints de tra­vailler ou enrôlés dans des groupes armés. L’ac­cès à l’é­d­u­ca­tion est donc pri­mor­dial pour ces généra­tions d’en­fants qui gran­dis­sent et qui ont le droit à un avenir pro­fes­sion­nel.

C’est pourquoi le pro­jet s’est éten­du dans les camps de réfugiés informels au Liban où une par­tie des enfants syriens (env­i­ron 250 000 sur 500 000) n’ont pas repris le chemin de l’é­cole, faute de place et de coor­di­na­tion avec les étab­lisse­ments sco­laires libanais. Il s’est égale­ment éten­du en Syrie, où l’on trou­ve des mag­ic car­a­vans (car­a­vanes mag­iques), des mag­ic tents (tentes mag­iques) ou encore des mag­ic hous­es (cen­tres com­mu­nau­taires pour femmes et enfants). Elles sont gérées par dix équipes éduca­tives à Der­aa (Sud), la Ghou­ta (ban­lieue de Damas), Homs, Has­saké, mais aus­si entre Alep, Idleb et Hama, une zone con­trôlée par dif­férents groupes rebelles.

Les besoins de « Mag­ic car­a­van »

Le pro­jet « Mag­ic car­a­van » a débuté grâce à un finance­ment par­tic­i­patif lancé en France et en Alle­magne. Chaque mois le pro­jet requiert la somme de 2 500 euros pour pay­er l’équipe.

Le matériel sco­laire d’un enfant (feu­tres, cahiers, livres, crayons) coûte 1 dol­lar. Pour chaque nou­veau mètre de car­a­vane, il faut 1 000 dol­lars. Pour les cen­tres com­mu­nau­taires : 9 mètres2 soit 9 000 dol­lars per­me­t­tent de con­stru­ire deux pièces faites de bois et de métal bien isolées. Plus les espaces dédiés à l’é­d­u­ca­tion sont grands, plus les car­a­vanes mobiles et les cen­tres com­mu­nau­taires peu­vent accueil­lir de femmes et d’en­fants et per­me­t­tent de les met­tre à l’abri.
Chaque car­a­vane ou espace com­mu­nau­taire est élec­trisé grâce à des pan­neaux solaires dis­posés sur les toits qui ali­mentent des bat­ter­ies. Dans un avenir proche, l’équipe de « Mag­ic car­a­van » veut éten­dre ses pro­grammes sco­laires et les ren­dre acces­si­bles à un grand nom­bre d’en­fants en Syrie dans des zones impos­si­bles à attein­dre du fait de la présence de groupes comme Daech. L’équipe a pour cela com­mencé à enreg­istr­er les pro­grammes sco­laires et prévoit de les dif­fuser sur les ban­des FM. Le prix d’un sim­ple tran­sis­tor étant de 1 dol­lar. Chaque don est indis­pens­able afin de financer et de dévelop­per « Mag­ic Car­a­van ».

www.alcaravan.org

Twit­ter
_alcaravan
FB Page
Al Car­a­van I Syr­ia
Al Car­a­van

Google+ 
+AlCar­a­van
Radio Al Car­a­van FM
Youtube al car­a­van
Dona­tion
alcaravan.givingloop.org

In this article