298 0

Les révoltes ont l’air loin. Tant de boule­verse­ments poli­tiques ont suivi les man­i­fes­ta­tions de 2011. Pour­tant, en Syrie, en Égypte, en Tunisie et en Algérie, les nou­veaux médias sont là et témoignent, de fait, des change­ments dans les sociétés.

Impens­able il y a 10 ans, c’est une chaîne de télévi­sion privée, Enna­har, qui donne le ton des débats en Algérie, et qui peut faire une cou­ver­ture con­tin­ue d’une épidémie que les médias d’Etat refusent d’évoquer pen­dant plusieurs jours, avec des méth­odes jour­nal­is­tiques con­testées, alors même que les con­sid­éra­tions de déon­tolo­gie ne sont pri­or­i­taires pour aucun média du pays. L’ouverture de l’audiovisuel aux acteurs privés en Algérie, comme la libéra­tion de la parole en Tunisie, n’ont pas mis fin aux dif­fi­cultés. Elles ont créé de nou­veaux défis.

En Syrie, au-delà des ques­tions sécu­ri­taires et de la pres­sion des acteurs du con­flit, ces nou­veaux médias ten­tent de réfléchir à mieux cibler leur lec­torat. Enab Bal­a­di aimerait obtenir des finance­ments du milieu d’affaire syrien instal­lé en Turquie et con­stru­it désor­mais des web-séries pour sa chaîne Youtube. Face à la perte de con­fi­ance, à la défi­ance, les pro­jets Dis­close NGO (France), Lab­neh and facts (Liban), ou Inky­fa­da (Tunisie) essaient de réin­ven­ter des mod­èles économiques pour pou­voir con­tin­uer d’enquêter et don­ner la parole à ceux qui ne se sen­tent pas représen­tés. Que ce soit via des coopéra­tives, des asso­ci­a­tions, des entre­pris­es, des ONG ou des col­lec­tifs informels, au sein du bloc “des jour­nal­istes” que cer­tains croient uni­forme, une mul­ti­tude d’individus présen­tent des mod­èles qui ten­tent de faire de l’information dif­férem­ment, bien con­scients des lim­ites, des faib­less­es et des erreurs.

Les autori­tarismes n’ont pour­tant pas dis­paru, même s’ils peu­vent être le fait d’autres acteurs. En Égypte, alors que les mesures de rétor­sions se suc­cè­dent, les patrons de presse s’interrogent sur le com­porte­ment à adopter. « Essay­er d’appliquer la loi, c’est aus­si, pour nous, une forme de résis­tance », explique Lina Atta­lah de Mada Masr. En France, le men­su­el satirique mar­seil­lais Le Ravi est pour­suivi en jus­tice après la pub­li­ca­tion d’une enquête sur les mon­tages financiers autour d’une insti­tu­tion gérée par le Con­seil départe­men­tal du Var, qui lui réclame 32 500 euros d’amende.

Autour de la Méditer­ranée, une ques­tion nous rassem­ble cepen­dant : à quoi ser­vons-nous réelle­ment dans nos sociétés, quelle est notre fonc­tion et pour quel objec­tif ? Réflex­ion pour­suiv­ie à Tunis, où se déroulaient les Assis­es inter­na­tionales du jour­nal­isme au mois de novem­bre. Près de 1 000 jour­nal­istes sont venus des dif­férentes rives de la Méditer­ranée et de plus loin encore pour inter­roger leur méti­er. Aujourd’hui, notre pro­fes­sion est en phase de ques­tion­nement sur la déf­i­ni­tion même du rôle du jour­nal­iste, sa fonc­tion, son statut, ses respon­s­abil­ités. À Mar­seille, lorsque trois immeubles s’effondrent tuant 8 per­son­nes, le jour­nal­iste de Mars­Ac­tu, Benoît Gilles, qui enquête depuis de longues années sur l’immobilier, fait part de son désar­roi et de sa colère : les équipes de Mars­ac­tu avaient pub­lié plusieurs reportages sur l’insalubrité de l’habitat dans la ville. Sans résul­tat.

Au sein de la rédac­tion de 15–38 Méditer­ranée, nous pen­sons que l’engagement fait par­tie de notre méti­er. Non pas au sens d’un engage­ment par­ti­san, mais plutôt pour le ren­dre acces­si­ble à tous et don­ner la parole au plus grand nom­bre. Pour cela, il est néces­saire de ren­forcer notre indépen­dance finan­cière et idéologique, avec le sou­tien des lecteurs.

Cet article, comme tous les articles publiés dans les dossiers de 15–38, est issu du travail de journalistes de terrain que nous rémunérons.

15–38 est un média indépen­dant. Pour financer le tra­vail de la rédac­tion nous avons besoin du sou­tien de nos lecteurs ! Pour cela vous pou­vez devenir adhérent ou don­ner selon vos moyens. Mer­ci !

In this article