Après la guerre à Benghazi : rentrer chez soi, coûte que coûte

332 0
332 0

Le cen­tre-ville du berceau de la révo­lu­tion libyenne a été forte­ment détru­it par les com­bats de 2014 à 2017. En l’absence d’autorité effi­ciente, les pro­prié­taires met­tent la main à la pâte pour répar­er les dégâts et ren­tr­er chez eux au plus vite.

Des bâti­ments troués d’impacts de balles menaçant de s’effondrer ou por­tant l’inscription « Dan­ger mines ». La rue Al-Ageeb, au cœur du cen­tre his­torique de Beng­hazi, cap­i­tale de l’est libyen, sem­ble morte. Pour­tant, le rythme sourd d’un marteau se fait enten­dre. Au troisième étage d’un immeu­ble, sans vit­re et rongé par les traces des com­bats qui ont ryth­mé Beng­hazi de 2014 à 2017, Ahmed Ellouni a décidé de remet­tre en état son loge­ment. Comme tous les habi­tants de son quarti­er, il ne compte que sur lui-même – et sur son fils aîné — pour se réin­staller au plus vite dans son apparte­ment : « J’espère revenir dans 6 mois. Je fais les travaux petit à petit, lorsque j’ai de l’argent. » L’ingénieur qui tra­vaille dans une com­pag­nie pétrolière ne le cache pas : s’il souhaite ren­tr­er chez lui au plus vite, c’est pour une ques­tion d’argent : « Cela fait qua­tre ans que je loue un loge­ment à 700 LYD (437 €, au taux offi­ciel). J’aurais pu rénover deux fois mon apparte­ment avec cette somme. Les travaux vont me coûter env­i­ron 14 000 dinars (8 750 €). »

Ce père de six enfants a dû quit­ter son loge­ment à l’automne 2014 sous les bom­barde­ments. Quelques mois plus tôt, en mai, Khal­i­fa Haf­tar avait lancé son opéra­tion « Kara­ma » (Dig­nité) con­tre une coali­tion hétéro­clite de groupes révo­lu­tion­naires et dji­hadistes, comme l’Etat islamique ou Ansar al-Charia. Devenu maréchal, l’homme fort de l’est libyen a annon­cé sa vic­toire totale à Beng­hazi en juil­let 2017. Le cen­tre-ville de la sec­onde ville du pays, où vivait Ahmed Ellouni, a été le dernier quarti­er à tomber. Un an et demi plus tard, ses habi­tants ten­tent de repren­dre leur vie nor­male. Une source sécu­ri­taire estime que 200 des 1 000 familles du quarti­er seraient ren­trées chez elles. La mairie, elle, se mon­tre plus opti­miste, indi­quant que 80 % de la pop­u­la­tion a réin­té­gré son loge­ment.

La munic­i­pal­ité a demandé aux vic­times des com­bats de dépos­er un dossier pour obtenir un dédom­mage­ment estimé à 1 000 LYD (625 €) le mètre car­ré. Mais quand sera-t-il ver­sé ? Nidal Al Kadi­ki, respon­s­able de la com­mu­ni­ca­tion à la munic­i­pal­ité, reste pru­dent : « Le coût total de la recon­struc­tion de Beng­hazi est éval­ué à 50 mil­liards de dinars. Un tel pro­jet n’est pas du ressort de la munic­i­pal­ité, mais du gou­verne­ment. » Or, la Libye est divisée en deux gou­verne­ments depuis des années. Le Gou­verne­ment d’Union nationale, recon­nu par la com­mu­nauté inter­na­tionale, est basé à Tripoli et n’a aucun pou­voir à Beng­hazi, située 1 000 km plus à l’est. Le gou­verne­ment de Bei­da (200 km à l’est de Beng­hazi) con­trôle la Cyré­naïque (est libyen) et une par­tie du sud grâce à Khal­i­fa Haf­tar, son bras armé. Mais cette autorité peine à tra­vailler, en l’absence d’une recon­nais­sance inter­na­tionale et d’argent.

Une équipe d’experts ingénieurs a mal­gré tout inspec­té le cen­tre de Beng­hazi. Ils ont estimé que 20 % des bâti­ments doivent être démo­lis. Cepen­dant, la pop­u­la­tion n’a tou­jours pas reçu les con­clu­sions. « Nous avons vu ces hommes vis­iter le quarti­er. Ils n’ont rien dit à part rem­plir des dossiers à la mairie. Ils ne nous ont don­né aucune instruc­tion con­cer­nant les bâti­ments », se plaint Adel Cherif, un habi­tant. Nom­breux sont donc ceux, comme Ahmed Ellouni, qui com­men­cent les travaux sans savoir si les fon­da­tions de leur immeu­ble ont été touchées ou non. « Le bâti­ment est en bon état », assure Ahmed Ellouni. Pour­tant, le rez-de-chaussée, ouvert à tous les vents, mon­tre un pla­fond béant, des pylônes effon­drés ou lais­sant appa­raître des tiges de fer que cer­tains n’hésitent pas à récupér­er pour les reven­dre. « De toute façon, je ne pou­vais plus atten­dre. J’ai la chance d’avoir encore les murs de mon apparte­ment, alors que d’autres n’ont plus rien. Dieu est avec moi et il m’aidera. »

Le Beng­haziote compte égale­ment sur l’aide de la munic­i­pal­ité qui a remis en état les réseaux d’eau et d’électricité dans 80 % du quarti­er. Mais à 500 mètres de là, les habi­tants n’ont pas eu la patience d’attendre. Ils se sont rac­cordés au réseau élec­trique par leurs pro­pres moyens. En cette après-midi plu­vieuse de décem­bre, Abdel­rah­man Arbar et ses voisins ont for­mé un attroupe­ment autour du comp­teur élec­trique de leur immeu­ble. De la fumée s’en échappe, avec quelques grésille­ments. Pas de quoi les inquiéter : « ce n’est rien, nous allons répar­er cela. » Un des hommes rigole : « nous sommes Libyens, nous sommes des aven­turi­ers, nous pou­vons tout faire. » Abdel­rah­man Arbar renchérit : « J’étais l’un des pre­miers à ren­tr­er chez moi, en 2017. Nous avons tout fait nous-mêmes dans cette rue : l’eau, l’électricité, le démi­nage… »

Un sys­tème D qui n’est pas sans con­séquence. Les mines cachées par les dji­hadistes con­tin­u­ent de faire des dégâts. En novem­bre, un homme est mort dans le quarti­er en pas­sant devant une école.
L’absence d’État prof­ite à d’autres. En périphérie de Beng­hazi où les ter­rains vides étaient nom­breux, les con­struc­tions anar­chiques fleuris­sent, alors que le ser­vice du cadas­tre ne fonc­tionne qua­si­ment plus depuis la révo­lu­tion de 2011. « Les entre­pre­neurs mis­ent sur le fait que le jour où il y aura un vrai État, il sera devant le fait accom­pli et actu­alis­era le cadas­tre avec ces nou­veaux bâti­ments », explique un pro­mo­teur immo­bili­er sous cou­vert d’anonymat. Pour le cen­tre de Beng­hazi, il fau­dra d’abord répon­dre à la ques­tion du style archi­tec­tur­al : doit-on recon­stru­ire à l’identique les bâti­ments ital­iens datant de la coloni­sa­tion ou faire un trait sur ce passé avec des bâti­ments mod­ernes ? Les habi­tants sont partagés. Mais les entre­pris­es, elles, planchent déjà sur des pro­jets. Une com­pag­nie libanaise ayant par­ticipé à la recon­struc­tion de Bey­routh, dans les années 1990, a déjà ren­con­tré les autorités pour pro­pos­er sa vision du nou­veau Beng­hazi.

Reportage à Benghazi Maryline Dumas et Mathieu Galtier (texte et photos)

Cet article, comme tous les articles publiés dans les dossiers de 15–38, est issu du travail de journalistes de terrain que nous rémunérons.

15–38 est un média indépen­dant. Pour financer le tra­vail de la rédac­tion nous avons besoin du sou­tien de nos lecteurs ! Pour cela vous pou­vez devenir adhérent ou don­ner selon vos moyens. Mer­ci !

In this article