Le « parkour » sinueux des Égyptiennes vers l’émancipation

357 0
357 0

Plus de huit ans après la révo­lu­tion de la place Tahrir, la société égyp­ti­enne est partagée entre résig­na­tion et rêves brisés. Les femmes, égale­ment actri­ces de ce mou­ve­ment social ayant ali­men­té le print­emps arabe, cherchent des lieux où s’exprimer, bravent par­fois les inter­dits, et passent out­re le qu’en-dira-t-on ou les regards dés­ap­pro­ba­teurs. Le park­our con­stitue pour cer­taines une échap­pa­toire, ce sport étant plus acces­si­ble et plus sou­ple que d’autres activ­ités.

Dans un parc situé der­rière la mosquée El Sed­dik, au sein du quarti­er Heliopo­lis du Caire, un petit groupe de jeunes s’entraîne à sauter sur des murets, arbres et autres obsta­cles que com­pose cet espace sableux, rel­a­tive­ment abrité des regards trop curieux. Ils ont entre 16 ans et la trentaine. Par­mi eux, une fille. Con­scien­cieuse­ment et à l’écart, elle effectue des séries de déplace­ments, saltos et autres mou­ve­ments pro­pres au park­our. Le principe de cette dis­ci­pline française est sim­ple : appren­dre à se déplac­er rapi­de­ment dans un envi­ron­nement urbain sans l’aide de matériel, en escal­adant tous les obsta­cles à mains nues. Si ce sport n’est pas nou­veau en Égypte, il était avant tout réservé aux hommes. Or, depuis quelques années, de plus en plus de jeunes femmes déci­dent de se lancer. Con­traire­ment à la gym­nas­tique par exem­ple, les entraîne­ments de park­our sont mixtes.

« Je suis fière de faire partie de la minorité de filles qui ne considère pas que les femmes doivent rester à la maison avec les enfants. Le parkour m’aide à me déstresser. L’objectif initial n’est pas de se défendre, mais cela peut servir en cas de besoin, et cela forge la personnalité »

Salma a 19 ans. Elle pra­tique par pas­sion le park­our depuis cinq ans, au sein du groupe Egyflow, majori­taire­ment com­posé de garçons. « J’avais enten­du par­ler du park­our par une amie, et puis j’avais vu des vidéos sur Youtube. J’ai demandé quand et où, on m’a répon­du à Shater­ton, et j’y suis allée ! » se sou­vient-elle. Salma est actuelle­ment étu­di­ante à la fac­ulté de chimie et se des­tine à devenir pro­fesseure. Comme pour la plu­part des filles, c’est avant tout un loisir, tan­dis que les garçons ten­dent à se pro­fes­sion­nalis­er. « Il n’y a pas beau­coup de filles qui font du park­our, dans mon cas j’ai été inspirée par Reem, une fille qui s’entraînait ici », ajoute-t-elle. En l’occurrence, Reem El-Taweel, qui esti­mait qu’il n’y avait pas suff­isam­ment d’espaces de lib­erté au Caire pour la pra­tique du park­our, s’est instal­lée avec son mari aux Émi­rats arabes unis, à Dubaï, pour y être entraîneuse de park­our à ses côtés.

Une minorité de femmes qui peine à se faire une place
Au club Fight & Park­our Fac­to­ry, dans le quarti­er de Nasr City, l’entraîneur, Ahmed Saleh, alias Kadri, a ini­tié le park­our en Égypte en 2007. Mal­gré la bien­veil­lance apportée aux femmes qui fréquentent la salle, les tal­ents de ces dernières n’apparaissent dans aucune des vidéos présentes sur la page Face­book, et le compte Insta­gram du club compt­abilise… une seule pho­to où fig­ure une femme, en train d’exécuter des trac­tions. À rai­son de trois ses­sions par semaine de deux heures, Ahmed con­seille, encadre et apprend à peaufin­er les tech­niques aux « traceurs » (ceux qui pra­tiquent le park­our) qui ont déjà un niveau pro­fes­sion­nel pour la plu­part, pen­dant que les filles appren­nent les mou­ve­ments de coor­di­na­tion. Certes, le groupe ne compte que 4 femmes pour 14 hommes, tou­jours est-il que les femmes restent rarement plus de quelques mois. L’une des raisons invo­quées étant que beau­coup de femmes sont dérangées d’avoir un entraîneur et non une entraîneuse.

Le cas de Salma, qui est soutenue par sa famille, aus­si bien morale­ment que finan­cière­ment, n’est pas partagé par toutes les filles ici en Égypte. Si le fait pour des filles de pra­ti­quer le park­our ne con­stitue pas en soi un prob­lème, les pères et frères raison­nent plutôt en ter­mes de pri­or­ité : fonder une famille, rester à la mai­son, s’occuper des enfants et faire la cui­sine. Au point que cer­taines filles qui pra­tiquent le park­our mentent à leur famille pour se ren­dre aux entraîne­ments. Et ce, y com­pris au Caire.

« Je suis fière de faire par­tie de la minorité de filles qui ne con­sid­ère pas que les femmes doivent rester à la mai­son avec les enfants. Le park­our m’aide à me déstress­er. L’objectif ini­tial n’est pas de se défendre, mais cela peut servir en cas de besoin, et cela forge la per­son­nal­ité » indique encore Salma, entre deux roues qu’elle exé­cute sous les con­seils de son entraîneur, Eyad. Salma a par ailleurs un emploi étu­di­ant en tant qu’entraîneuse au sein d’un parc de tram­po­line. De fait, le park­our con­fère davan­tage d’assurance aux femmes qui le pra­tiquent, et peut être mobil­isé en cas d’agression.

À Alexan­drie, le club Alexan­dria Insan­i­ty compte 40 per­son­nes, dont 10 femmes. Amr, l’un des entraîneurs, explique : « Ce n’est pas comme au Caire, c’est une plus petite ville ici. Le park­our n’a pas une bonne image, cela peut même être dan­gereux de le pra­ti­quer. En règle générale, les femmes vont préfér­er faire du fit­ness ou de la gym. Les familles ne sont pas toutes d’accord ». Con­crète­ment, les entraîne­ments à l’extérieur sont rares, encore plus pour les femmes.

L’Égypte, dernier pays arabe en matière de droits des femmes
En 2013, l’Égypte était con­sid­érée comme le « pire pays pour les femmes » par­mi 22 pays du monde arabe, selon l’étude de la Fon­da­tion Thom­son Reuters por­tant sur les droits des femmes dans le monde arabe, étude menée depuis les Print­emps arabes. Les sta­tis­tiques sont tris­te­ment claires : 90% d’entre elles ont déjà dû faire face au moins à une agres­sion physique ou ver­bale dans la rue. D’ailleurs, la pra­tique du sport est sou­vent résumée à cet argu­ment : les femmes sont cen­sées être pro­tégées par leur père ou leurs frères… Dans ce con­texte, bien que le park­our se développe de plus en plus auprès des jeunes Égyp­ti­ennes, reste que le sport est un priv­ilège de classe que toutes ne peu­vent pas se per­me­t­tre, faute de moyens financiers, de cul­ture et d’éducation.

Guillaume Bouvy
Tiphaine Gosse (photo)

Cet article, comme tous les articles publiés dans les dossiers de 15–38, est issu du travail de journalistes de terrain que nous rémunérons.

15–38 est un média indépen­dant. Pour financer le tra­vail de la rédac­tion nous avons besoin du sou­tien de nos lecteurs ! Pour cela vous pou­vez devenir adhérent ou don­ner selon vos moyens. Mer­ci !

In this article