Droits des homosexuels en Tunisie : une avancée lente mais réelle

271 0
271 0

La jeune démoc­ra­tie fait fig­ure de bonne élève pour les droits des homo­sex­uels au Maghreb notam­ment grâce l’action de la société civile. Pour­tant, la lég­is­la­tion pénalise encore l’homosexualité.

Prison, tor­ture et agres­sion d’un côté ; asso­ci­a­tions, radio et fes­ti­val ouverte­ment « gay friend­ly » de l’autre : la Tunisie, dont la lég­is­la­tion punit jusqu’à 3 ans d’emprisonnement la sodomie, est un pays para­dox­al pour les homo­sex­uels. Si les mil­i­tants esti­ment que la sit­u­a­tion s’améliore depuis 2015, ils ont con­science que le chemin est encore long.

Offi­cielle­ment, les rela­tions sex­uelles entre adultes du même sexe sont un délit en Tunisie. L’article 230 du code pénal punit jusqu’à trois ans de prison « l’homosexualité fémi­nine et mas­cu­line ». Il n’existe pas de sta­tis­tique offi­cielle sur ces con­damna­tions. L’association Shams en a dénom­bré 26 en 2019, il y en aurait eu 115 en 2018 selon une autre asso­ci­a­tion, « Mawjou­dine, we exist ». La plu­part du temps, les peines ne dépassent pas 6 mois. Mais en 2015 – où a eu lieu un pic de ten­sion entre autorités et com­mu­nauté homo­sex­uelle-, six étu­di­ants avaient été con­damnés à trois ans de prison ferme et à cinq ans d’interdiction de séjour dans leur ville de Kairouan, au cen­tre du pays.

« C’est aussi une question d’accès à l’information sur les droits »

Pour prou­ver la rela­tion sex­uelle entre hommes, les policiers peu­vent deman­der à un médecin légiste de pra­ti­quer un test anal. Un exa­m­en cen­sé déter­min­er la pra­tique régulière de la sodomie qui n’est pour­tant pas fiable. Surtout, il est con­sid­éré comme une « tor­ture » par les défenseurs des droits de l’homme. Le test n’est cepen­dant pas automa­tique. Une per­son­ne accusée d’homosexualité peut en effet refuser le test. D’autant plus que les asso­ci­a­tions de défense des per­son­nes homo­sex­uelles ont beau­coup com­mu­niqué sur le sujet ces dernières années, aler­tant la com­mu­nauté inter­na­tionale et infor­mant les pre­miers con­cernés sur leurs droits. Depuis jan­vi­er, Avo­cats Sans fron­tière a démar­ré un pro­gramme d’aide légale. L’ONG suit actuelle­ment 12 affaires judi­ci­aires. « Sur les 12, au moins trois per­son­nes ont subi le test anal », explique Insaf Bouhafs, coor­di­na­trice de pro­jets chez ASF. « Nous suiv­ons le cas d’une per­son­ne qui a dit oui sous la pres­sion : les policiers ont tabassé une per­son­ne devant elle et elle a eu peur. D’autres dis­ent oui par esprit de coopéra­tion ou ne sont pas au courant de leurs droits. C’est donc aus­si une ques­tion d’accès à l’information sur les droits. »

Mohamed Ali Rti­mi, tré­sori­er de l’association « Damj pour la jus­tice et l’égalité », estime qu’ « il y a moins de test anaux car les policiers ont peur de forcer la main. Cela peut aboutir à un acquit­te­ment. Et puis l’Etat tunisien ne veut pas en faire trop sur l’article 230 pour sauve­g­arder son image à l’international ».

Mais d’autres arti­cles peu­vent être util­isés con­tre les per­son­nes homo­sex­uelles. « Sup­primer le 230 ne servi­rait à rien, nous mili­tons pour sup­primer tous les arti­cles du 226 au 234. Ces arti­cles trait­ent de la moral­ité et des mœurs. Ils vio­lent les lib­ertés indi­vidu­elles. A l’inverse, nous avons besoin de lois pour pro­téger les per­son­nes en sit­u­a­tion de vul­néra­bil­ité », détaille Mohamed Ali Rti­mi.
En prison ou pen­dant les procé­dures judi­ci­aires, les gays sont con­fron­tés aux vex­a­tions et par­fois à la tor­ture ou au viol. « Nous avons eu des cas de per­son­nes oblig­ées par les policiers de se désha­biller, de tailler une pipe ou de danser comme une femme. On peut égale­ment faire courir le bruit, dans la cel­lule où elle est enfer­mée, de son homo­sex­u­al­ité. Elle est alors vio­lée par ses co-détenus », explique Mohamed Ali Rti­mi.

« Le risque numéro 1 c’est la police. Le numéro 2 c’est la société »

Au quo­ti­di­en, les choses ne sont guère plus sim­ples. « Le risque numéro 1 c’est la police. Le numéro 2 c’est la société », affirme Ali Bous­sel­mi, co-fon­da­teur, directeur exé­cu­tif de Mawjou­dine we exist. « Ash »* en sait quelque chose. Né homme à Sidi Bouzid, ville mar­gin­al­isée du cen­tre tunisien, Ash se définit en femme qui aime les hommes. En juin, elle s’est enfuie de la mai­son famil­iale. Son père l’y avait enfer­mée après avoir coupé sa con­nex­ion Inter­net et ten­té de lui pren­dre son passe­port. Quelque temps plus tôt, il l’avait battue avec une casse­role et elle avait dû être hos­pi­tal­isée. Aujourd’hui réfugiée à Tunis, elle est soutenue par l’association Mawjoudin we exist et cherche un tra­vail avec dif­fi­culté : « Je ne demande même pas aux restau­rants et cafés s’ils ont besoin de quelqu’un par exem­ple. Ils ne m’accepteront jamais. » De même pour les soirées « il y a des lieux où l’on sait que nous ne sommes pas les bien­v­enues. » Dans la rue, Ash prend peur lorsqu’elle voit des policiers, mais sait garder son calme si on lui demande ses papiers. A 24 ans, elle a déjà effec­tué plusieurs for­ma­tions qui lui ont per­mis de con­naître ses droits et de se pro­téger : ne pas répon­dre aux ten­ta­tives d’humiliations des policiers – elle pour­rait être accusée d’atteinte à un offici­er pub­lic dans le cadre de ses fonc­tions (arti­cle 125) -, effac­er chaque jour ses mes­sages privés sur son télé­phone (qui pour­raient servir de preuve), utilis­er une appli­ca­tion qui change les mots de passe régulière­ment…

Une coalition Queer Maghrebine sera prochainement mise en place

Le tableau n’est cepen­dant pas tout noir. « La société civile a per­mis de faire avancer les choses. C’est une force : tout le monde tra­vaille ensem­ble. Nous avons reçu le sou­tien d’artistes comme les actri­ces Fat­ma Ben Saï­dane ou Nadia Bous­set­ta », explique Ali Bous­sel­mi. Son asso­ci­a­tion a lancé, en 2018, le « Mawjoudin Queer Film Fes­ti­val » à Tunis. La deux­ième édi­tion a eu lieu en mars, sans aucun prob­lème. La soirée de clô­ture, qui a eu lieu à prox­im­ité du Min­istère de l’Intérieur, a rassem­blé plus de 1 000 per­son­nes. « Nous avions des craintes, car cer­tains invités sont venus habil­lés en femmes. Nous avons mis un pan­neau « soirée déguisée » par sécu­rité. Mais nous n’avons eu aucun souci. Les policiers sont venus à deux repris­es pour nous dire « On respecte les lib­ertés » », se sou­vient Ali Bous­sel­mi. Une coali­tion Queer Maghre­bine sera prochaine­ment mise en place. Deux réu­nions ont déjà eu lieu en Tunisie « car c’est le pays le plus sûr du Maghreb pour nous », estime Ali. Mohamed Ali Rti­mi se vante quant à lui d’avoir pu sor­tir le dra­peau gay à deux repris­es lors d’événements publics.

L’association Shams a, elle, lancé en 2017 une radio gay. La pre­mière du monde arabe. Après avoir reçu des men­aces au début, « Shams rad », dif­fusée sur Inter­net, s’est instal­lée dans le paysage. Au début de l’été, Mounir Baa­tour, porte-parole de Shams, a annon­cé sa can­di­da­ture à la prochaine élec­tion prési­den­tielle. Ouverte­ment gay, l’avocat souhaite porter sur le devant de la scène les ques­tions liées aux droits des minorités sex­uelles : « Ma can­di­da­ture est le con­stat de l’échec de plusieurs années de com­bat et de lutte pour les droits LGBT. Elle s’est imposée dans le sens « on n’est jamais mieux servi que par soi-même. » » Il n’est cepen­dant pas soutenu par l’ensemble de la com­mu­nauté. Des asso­ci­a­tions, dont Mawjoudin we exist, ont en effet pub­lié un com­mu­niqué et une péti­tion affir­mant que « Mr Baa­tour représente non seule­ment une men­ace, mais aus­si un énorme dan­ger pour notre com­mu­nauté. ». Le texte s’appuie sur des « plaintes recueil­lies par dif­férentes organ­i­sa­tions, de la part d’individus ayant rap­portés avoir été abusés sex­uelle­ment par Mr Baa­tour » et sur « la stratégie d’outings (de Shams, ndlr) qui ne respecte pas la vie privée des indi­vidus et qui les expose à de nom­breux dan­gers. ». Si la sit­u­a­tion des per­son­nes homo­sex­uelles évolue en Tunisie grâce aux efforts de la société civile, celle-ci appa­raît divisée. « Mais aucune com­mu­nauté ne peut être totale­ment homogène. Et nous défendons juste­ment la diver­sité », sourit un mil­i­tant.

* Prénom mod­i­fié pour garan­tir la sécu­rité de l’individu.

Reportage en Tunisie de Maryline Dumas (texte et photo)

Photo : Shams Rad est la première radio gay du Maghreb.

Cet article, comme tous les articles publiés dans les dossiers de 15–38, est issu du travail de journalistes de terrain que nous rémunérons.

15–38 est un média indépen­dant. Pour financer le tra­vail de la rédac­tion nous avons besoin du sou­tien de nos lecteurs ! Pour cela vous pou­vez devenir adhérent ou don­ner selon vos moyens. Mer­ci !

In this article